Un peu de promo?
Ne ratez pas votre code unique valable 24h seulement

Ici c'est cousu en France, réparable à vie, durable, modulable, et avec les conseils personnalisés !

Interview de sage femme : Tiphaine

Posté sur09/10/2021 par 212
Aimer0

Est-ce que vous pourriez vous présenter ?

Je suis Tiphaine, je suis maman de 3 petites filles de 7, 6 et bientôt 4 ans.

Je suis aussi autrice de livres pour enfants pour parler d'intimité : Le petit illustré de l'intimité.

Je suis féministe engagée auprès du planning familial et sage-femme depuis maintenant 12 ans au centre hospitalier de niveau 2 à Niort dans le marais poitevin. J'ai aussi fait un Diplôme Universitaire en suivi gynécologique de prévention obtenu en 2018.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir sage-femme ?

Alors on dit souvent que ce métier est une vocation. Je ne pense pas que ça a été mon cas, ou alors très tardivement. En terminale il a fallu choisir une orientation et je ne sais pas comment m'est venue cette idée. Je ne m'étais pas renseignée plus que ça sur les études ou sur le métier en lui-même à part qu'on aidait les femmes à mettre au monde leur enfant, mais c'est devenu une idée fixe qui s'est imposée.

Je n'imaginais pas tous les aspects de ce métier, métier passionnant et tellement riche.

On dit souvent qu’une sage-femme s’occupe de faire naître les bébés, j’imagine qu’il y’a d’autres aspects dans votre travail, pouvez-vous m’en parler?

Oui, dans l'imaginaire collectif, le métier de sage-femme est un métier tout rose bonbon et fait de gazouillis gazouillas. Mais en fait c'est un métier qui diffère tous les jours, à tous les instants parce qu'en face de nous nous avons un couple différent, une femme différente avec des histoires différentes.

Je travaille dans un centre hospitalier où je suis en salle d'accouchement, mais aussi à la maternité une fois que les bébés sont nés, en grossesse pathologique mais aussi des consultations de suivi de grossesse et des consultations de gynécologies. Pas une journée ne se ressemble et c'est ce que j'aime dans mon métier. J'ai la chance d'avoir un métier ou je ne m'ennuie jamais. C'est un métier passionnant où j'apprends tous les jours, de mes patientes, de mes collègues ou des situations dans lesquelles on peut se retrouver.

Etre sage-femme, c'est être un couteau suisse!

Est-ce que vous pouvez me décrire une de vos journées types?

Alors ça, ça va être difficile ! Je fais des gardes de 12h de jour ou de nuit, en semaine et pendant les week-ends, pendant les jours fériés ou les jours ouvrés! On arrive en garde et c'est l'inconnu du travail qui nous attend. On ne sait pas comment sera faite la journée et c'est ce qui me plaît!

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier?

Presque tout! J'aime le lien privilégié que l'on peut avoir avec les couples et les femmes.

On devrait dire qu'est-ce que je n'aime pas plutôt!;) Le fait d'être mésestimé et peu considéré par les politiques de santé! On est tellement peu nombreuses que nos actions passent à la trappe. Pendant la crise sanitaire, on a été présente, sur le front avec nos patientes et pourtant nous n'avons pas été invité au Ségur de la santé! C'est dire le peu de reconnaissance et de connaissance de notre métier!

Avez-vous déjà vécu en tant que sage-femme des accouchements extraordinaires?

Oui, tous les accouchements sont spéciaux à nos yeux. Mais j'ai vécu des accouchements qui m’ont marqué et me marqueront à vie...

Comme l'accouchement d'une très bonne amie à moi, un boost d'ocytocine et d'adrénaline et d'endorphine!! Un cocktail puissant!

Mais aussi comme l'accouchement d'un couple que j'avais accompagné l'année d'avant pour la mort foetale de leur 1er enfant. Et là, ça a été une émotion très particulière pour eux et pour moi. Parfois les larmes coulent de bonheur.

Comment bien se préparer à l’accouchement et l’arrivée d’un bébé?

Je pense que c'est nécessaire de se préparer avant un accouchement: ça ne nous viendrait pas à l'esprit de faire un marathon sans préparation, et bien l'accouchement c'est la même chose. Il y a de nombreuses façons de se préparer à accoucher, il faut trouver celle qui nous convient. Avec la sage-femme qui nous convienne. Savoir ce qu'on veut. Et pour cela on a 9 mois (bon un peu moins) mais ce que je veux dire c'est qu'il faut y penser à l'avance pour ne pas se retrouver démunie pendant l'accouchement. Accoucher c'est un événement qui va nous marquer à vie. Alors soyons prêt.e à le vivre et non à le subir.

Quel est le meilleur conseil selon vous à donner à des parents tout neufs?

Faîtes vous confiance. VOUS êtes les parents et non l'instinct maternel et paternel n'existe pas! Tout s'apprend, et vous apprendrez tous les jours avec vos enfants. Essayer, se tromper, recommencer, tout cela est normal.

Lâchez prise! Vous ne serez pas parfait: et tant mieux, La perfection s'est ennuyeux, on fait du mieux qu'on peut avec les bagages qu'on a.

Ménagez-vous, la parentalité n'est pas une course de vitesse. On a besoin de prendre soin de nous aussi, nous ne sommes pas que des parents. Mais des êtres humains avant tout.

Laissez un commentaire
Laisser une réponse
Connectez-vous pour poster un commentaire.

Menu

Paramètres

Créez un compte gratuit pour sauvegarder des articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter