Lettre ouverte à un échographiste et quelques praticiens

Dans la catégorie « coup de gueule », je demande: l’échographie par sonde non expliquée à un jeune couple attendant avec émotion leur premier enfant.

Ce billet était à la base un commentaire…. trop long, que m’a inspiré le billet de 10lunes. Nonobstant le fait que l’échographiste dont il est question… Mérite un brin d’humilité, une autre chose m’effraie.

Echographie par sonde vaginale pour vérifier la grossesse et voir l’embryon. Elle ne savait pas. Ne s’y attendait pas.
« ça ne fait pas mal ».

point.

Point??!!

Monsieur l’échographiste, imaginez un instant:
Il vous arrive quelque chose de formidable, ou juste naturel (voir carrément douloureux dans certains cas) Vous allez chez le médecin pour confirmer et suivre. Vous savez, par ce que vous voyez dans les médias ou ce que votre entourage vous raconte, qu’on va vous faire une échographie. Joli. Glamour. Un appareil qui glisse sur le bidou. Vous y allez avec Madame pour qu’elle partage avec vous ce moment d’émotion. Vous allez enfin savoir. L’apercevoir pour la première fois.
Vous levez votre T-shirt pour que votre ventre soit livré à l’appareil, mais la doctoresse vous dit froidement et sans autre explication « retirez le bas ».
Et au lieu de vous retrouver allongé sur le dos, elle vous fait mettre à quatre pattes les fesses en l’air sur la table d’examen.*
Puis, munie d’une sonde phallique, elle vous l’enfonce. En précisant « ÇA NE FAIT PAS MAL ».
C’est tout? « ça ne fait pas mal »? N’auriez-vous pas légitimement souhaité, Monsieur:
– Que l’on vous explique la nature de l’examen?
– Pourquoi il ne s’agit pas d’une écho « classique »?
– Que l’on vous demande si vous préférez que Madame reste ou non?

Par ailleurs sachez Monsieur que grande nombre de femmes, de part leur nature même, et bien avant d’enfanter, connaissent la douleur dans le bas ventre, et ne sont pas effrayées à l’idée que cette sonde d’échographie puisse « faire mal »! Menstruations, ovulations, premiers rapports, et j’en passe.
La douleur, merci, elles gèrent. En revanche, l’ingérence, est douloureuse.

Je me sers du porte-voix de ce billet pour aller plus loin dans le débat.
Imaginez:
Le grand jour approche. Vous êtes dans une salle. Un moment qui va changer votre vie. Votre couple. Tout.
Dans la même position, un drap sur les fesses.
Des gens entrent à tout bout de champ, et sans vous regarder dans les yeux, en parlant de vous à la troisième personne, vous retirent régulièrement le drap pour vous enfoncer chacun leurs doigts et commenter à la troisième personne « Il est à 5. ça n’avance pas. ». Parfois ils vous adressent la parole pour vous dire « Remontez un peu les fesses Monsieur, je ne vois pas bien ».
Dois-je préciser qu’il s’agit à peu de choses près de ce que peuvent vivre certaines mères sur le point de mettre au monde leur enfant?

Qu’en dites-vous? Traitement normal?
Pour vous ce geste est normal. Quotidien. Pour la personne en face de vous qu’en est-il?
Il n’est ni anodin, ni habituel. Toutes les sages-femmes, homme ou femme d’ailleurs, que je connais, le savent. Et avant de faire quoique ce soit, préviennent la femme et son conjoint s’il est présent, lui ou leur expliquent la nature du geste. ça ne coûte rien. Sauf un peu d’empathie. Cette capacité de se mettre à la place de l’autre. On vous a peut-être dit que pour survivre dans votre métier il n’en faut pas. Dommage. Est-ce que la science et la médecine sont au service de l’Humain, ou l’inverse?

Il me faut ici préciser que ces comportements ne sont heureusement pas les seuls. Que de nombreux parents ont ou auront affaire à des professionnels de santé et des accompagnants prenant en considération les gens en face d’eux, avec leurs histoires et leurs questions.
Mais force est d’admettre que certains en manquent.

* l’équivalent plus ou moins heureux des jambes écartées… Petite digression: Vous êtes bien dans votre corps. Assumez plus ou moins quelques imperfections. Vous prêtez de bonne grâce aux obligations de la médecine. Imaginez quelqu’un ayant subi violences, viol, ou simplement mal dans sa peau, Vous, déjà, vous trouvez la position un brin humiliante, surtout que vous n’avez pas été prévenu et que c’est fait sans explication. Et les autres? Comment le vivraient-ils?

Cet article a été posté dans Coups de gueule et taggé , , , , , . Mettez en signet avec le permalien.

2 Responses to Lettre ouverte à un échographiste et quelques praticiens

  1. Estelle says:

    Bravo Yaëlle pour ce coup de gueule que je partage avec toi. Tu as mis le doigt sur le plus important:On n’est pas du bétail, une femme surtout enceinte a des émotions;-)

  2. Doli says:

    en fait je me demande si c pas parce qu’ils sont gênés? Mais les mecs ont un gros travai là faire sur eux, ça c’est clair!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *